« Ils étaient une trentaine, garçons et filles, armé.e.s de barres de fer et de cocktails molotov, vêtu.e.s de blousons, casqué.e.s, le visage dissimulé par des foulards ou des cagoules. Ils ont cassé des vitrines, des pares-brises, et provoqué un début d’incendie dans le hall d’un cinéma. »

Depuis des années et des années, les prolétaires, les précaires, les immigré.e.s et toute une frange de la population défavorisée se révoltent contre ce monde nauséabond. Des partis politiques aux manifestations syndicales, des pétitions aux initiatives citoyennes : aucune perspective d’un avenir meilleur se profile pour nous.
Nous ne voulons pas réformer ce monde, mais vivre pleinement.

« On ne veut plus pleurer des pétitions, des manifestations, pour demander les miettes que l’on veut bien nous lâcher : on prend ce qu’on a envie de prendre. »

En 2017, soyons un véritable phénomène de société.

Publicités